En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : radiofrance - 04/01/2023

Depuis le début du XXIème siècle, les flux migratoires s’intensifient et ce au niveau mondial. Mais, en Europe, la France est loin d’accueillir le nombre de migrants que sa taille lui permet. Alors, pourquoi cette exagération permanente ? Où est le fantasme dans le débat migratoire ?

Avec

quest ce quon a faitLes années passent et se ressemblent terriblement. En tout cas sur certains sujets… comme, par exemple, au hasard : l'immigration ! Des lois à tire-larigot, des débats à tout bout de champ, des récits à qui mieux mieux. 
Ce n'est pas l'immigration que augmente, ce sont nos fantasmes qui prolifèrent. Pourquoi l'immigration suscite-t-elle autant de poncifs, de peurs et de déni ? Et pourquoi, malgré les chiffres et les circulaires, on s'éloigne pourtant toujours de la réalité des mouvements migratoires ?

Quelles vagues migratoires en France ?

“Dans les années d’après-guerre, il y a énormément de reconstruction à réaliser. On a donc recours à de la main-d'œuvre étrangère à partir des années 1950. Le pourcentage d’immigrés, c’est-à-dire de personnes étrangères ou ayant acquis la nationalité française, stagne autour de 7% à partir des années 1970, les vagues migratoires ayant été limitées du fait du ralentissement économique lié aux chocs pétroliers. Depuis 2000, les mouvements migratoires augmentent d’environ 35% ou 40% en France, et de 60% au niveau mondial. Le flux s’étant le plus intensifié au XXIème siècle est celui des migrations d’étudiants internationaux.” François Héran

Un bilan comptable de l'immigration ?

“La résistance à l’immigration vient notamment du sentiment de peur de manquer de ressources, d’abord d’emplois, maintenant de prestations sociales ou d’argent public. Présent depuis quelques années, le Front National a largement contribué à populariser l’idée que nous devons choisir entre le plein-emploi et la protection sociale, et l’accueil des immigrés. Mais cette idée n’est pas vraie. D’après l’OCDE, les immigrés sont surreprésentés dans les catégories actives et de par la consommation, leur travail et leurs cotisations nous coûtent moins qu’ils ne nous rapportent. Malheureusement, ce discours est inaudible.” François Héran

Comment nommer les populations issues de l'immigration ?

“Dans les années 1960-1970, on parlait de travailleurs immigrés car on nourrissait l’idée que ces migrations étaient temporaires et non pas celle que les familles allaient rejoindre les travailleurs en France. Lorsque les effectifs d’étudiants, de familles se sont multipliés, on a changé de termes pour parler d’immigrés. Dans le vocabulaire courant, le mot 'immigré' a pris une connotation extrêmement négative. Donc dans les enquêtes qu'on réalise auprès de populations issues de l’immigration, on ne peut utiliser les termes d’'immigration' ou même d’'intégration', puisque dans l’immense majorité du débat public les termes sont utilisés de façon discriminante.” François Héran

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA