En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Le monde - Reuters - 09/08/2017

Près de 200 personnes seraient mortes noyées en deux jours, après avoir été jetées à la mer par leur passeur.

Au moins cinq migrants africains ont péri au large du Yémen jeudi 10 août et 50 autres sont portés disparus après avoir été jetés à la mer par des passeurs. Il s’agit du deuxième drame du genre en vingt-quatre heures, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Au total, ce sont 180 personnes en provenance de Somalie et d’Ethiopie qui ont été jetées à la mer jeudi.

L’organisation a dit travailler étroitement avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour donner une sépulture aux morts et soigner les survivants.

Des migrants « intentionnellement noyés »

La veille, 120 migrants en provenance de la même région avaient été jetés à la mer à l’approche de la côte de la province de Chaboua, dans le sud-est du Yémen. Une cinquantaine de jeunes Somaliens et Ethiopiens ont ainsi été « intentionnellement noyés », selon l’OIM. Le passeur qui contrôlait la traversée a contraint les passagers de son embarcation à se jeter à la mer lorsque les autorités se sont approchées.

Le personnel de l’OIM a découvert les cadavres de 29 migrants africains sommairement enterrés sur une plage de la province de Chaboua, sur les rives du golfe d’Aden. Les survivants ont rapporté que 22 autres migrants n’avaient pas été retrouvés. « Ils étaient tous assez jeunes, l’âge moyen était d’environ 16 ans », selon Olivia Headon, porte-parole de l’OIM.

Les survivants ont affirmé que le passeur était retourné en Somalie pour poursuivre ses activités et tenter de ramener d’autres migrants par la même route maritime, selon Laurent de Boeck, responsable de la mission de l’OIM au Yémen.

Lire aussi :   Yémen, la guerre occultée : un reportage exceptionnel du « Monde »

Le Yémen est un pays en guerre, mais des Africains essaient de l’atteindre par la mer dans l’espoir de rejoindre ensuite un riche pays du Golfe. L’OIM estime qu’environ 55 000 migrants ont quitté la Corne de l’Afrique pour le Yémen depuis le début de l’année. La traversée est particulièrement périlleuse en cette période de l’année marquée par des vents puissants dans l’océan Indien.

 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA