En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Mediapart - RESF - 23/08/2017

Deux fillettes albanaises sont enfermées avec leurs parents au Centre de rétention du Mesnil Amelot depuis le 11 août 2017, au mépris des droits de l'enfant. Qu'importent les traumatismes causés aux enfants, les violations du droit d'asile, il faut enfermer et expulser. Une illustration de la politique menée par Gérard Collomb, ministre de l'intérieur, à l'encontre des demandeurs d'asile.

Mardi 22 août. Parloir du Centre de rétention du Mesnil Amelot. A l'extérieur, la température approche les 32°. A chaque minute, un avion décolle et survole le centre à basse altitude. Les policiers de la Paf circulent , l'air desoeuvré , l'arme au flanc.

Troisième visite à la famille albanaise qui s'y trouve enfermée depuis le 11 août. Anissa, 5 ans, Elisa, 1an ½, arrivent avec leurs parents, Albana ROSAJ, et Gezim NIKA. Les parents sourient un peu, les fillettes ont la mine pâle, les yeux brillants. Elles dorment très peu, mangent à peine. 11 jours dans ce bâtiment peu hospitalier, au milieu des cris, ceux des retenus qui pètent un plomb, ceux des fonctionnaires excédés, et des appels grésillant dans les haut-parleurs : pour les départs, les tribunaux, les vols, les visites. Autour du centre, les grilles.

Il y a des jeux à partager : puzzles, un memory, suffisamment pour chacune. Comme souvent l'une veut ce qui revient à l'autre. Cris, trépignements, colères impossibles à calmer, les parents désemparés, on ne s'entend plus, que faire dans cet espace minuscule ? Derrière la vitre, les policières regardent, ennuyées peut-être.

Deux fillettes et leurs parents arrivés en juillet sur le territoire français, pour échapper à un sombre règlement de comptes. En Albanie, on réclame le prix du sang. Le couple, tout simplement, ne pouvait plus vivre, ils craignaient pour leurs filles. A Besançon, ils ont entrepris les démarches nécessaires pour demander l'asile et obtenu un rendez-vous pour le 27 septembre prochain. A Besançon, la traque des demandeurs d'asile est quotidienne. Pas d'hébergement, au mépris des réglementations, c'est une tente, dans un parc. Régulièrement délogés, pourchassés, la police passe plusieurs fois par jour, relève les identités. Mais Besançon, c'est aussi la solidarité en action. https://rcf.fr/actualite/sol-mi-re-cusenier-refugies

Après deux nuits dans la rue, et quelques autres sous la tente – l'été est pluvieux - la famille est arrêtée, au petit matin, embarquée sans le moindre effet. Au commissariat, ils reçoivent une OQTF (Obligation de quitter le territoire français). Quel est le respect du droit quand on les prive de toute possibilité de demander asile ! Et embarquement pour le Centre de rétention du Mesnil Amelot, au bout des pistes de Roissy. L'enfermement. Audiences de tribunal : le Juge des libertés valide le placement en rétention, le juge administratif confirme le bien fondé de l'OQTF , idem en appel. On croit rêver ! Avec le conseil de la Cimade, ils parviennent à déposer une demande d'asile.

Leur expulsion est programmée pour le lundi 21 août, 9h 45 sur un vol régulier. En deux jours , la mobilisation démarre : appels au ministère, les conseillers sont en week-end ou en vacances, mais « le dossier est suivi », nous dit-on. Sombre dimanche. Le lundi matin, nouveaux appels au ministère, la conseillère est en réunion, envois de mails. En fin de matinée, soulagement : on apprend que la mobilisation citoyenne a marqué un point et que le ministère de l'intérieur a annulé l'expulsion, jusqu'à l'audience de la demande d'asile. Mais quid de l'enfermement des enfants ? Rien. Enfermées elles sont et elles resteront. 

Il y a un an, la France était condamnée par la CEDH pour des pratiques « dégradantes » à l'encontre des enfants enfermés en rétention. Plus de 80 000 personnes ont signé depuis juin 2017 la pétition initiée par la Cimade http://agir.lacimade.org/retention adressée au Président Macron pour que soit effectivement interdit l'enfermement des enfants en rétention. 

Enfants de sans papiers, ils sont les premières victimes des politiques migratoires qui délibérément les privent de leurs droits fondamentaux . Comme ses prédécesseurs, ce gouvernement s'affranchit de toute humanité et du respect de l'intérêt supérieur de l'enfant, plaçant en priorité ce que le ministre de l'intérieur Gérard Collomb appelle le "problème fondamental" que pose la demande d'asile albanaise en France, et qu'il assure vouloir résoudre "dans les prochaines semaines (Le Figaro. 12 juillet 2017). « En 2016, 1 140 personnes y ont été renvoyées. Et j’ai donné des consignes aux préfets pour que ce mouvement soit accentué ». (6 août 2017).

Par tous les moyens possibles, y compris l'enfermement des enfants.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA