En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Le Temps - Dr Joanne Liu, présidente internationale de MSF - 07/09/2017

Le système de détention des migrants et réfugiés en Libye est corrompu jusqu’à la moelle. C’est une entreprise prospère d’enlèvement, de torture et d’extorsion. Et les gouvernements européens ont choisi de pérenniser cette situation, écrit la présidente de MSF, Joanne Liu, de retour de Libye.

Ce que les migrants et réfugiés vivent en Libye devrait heurter la conscience collective des citoyens européens et de leurs élus. Guidé par l’unique ambition de maintenir ces gens hors de l’Europe, le financement européen cherche à empêcher les bateaux de quitter les eaux libyennes. Mais, dans le même temps, cette politique alimente un système criminel.

Le système de détention des migrants et réfugiés en Libye est corrompu jusqu’à la moelle. En clair, c’est une entreprise prospère d’enlèvement, de torture et d’extorsion. Et les gouvernements européens ont délibérément choisi de pérenniser cette situation. Les gens ne peuvent pas être renvoyés en Libye, ni ne doivent y être retenus.

Depuis plus d’un an, MSF porte secours à ces personnes dans les centres de détention à Tripoli. L’organisation est un témoin de première main de ce système arbitraire d’extorsion, de privation et d’abus physique subis par les détenus: hommes, femmes et enfants.
Marchandise humaine

La semaine passée, j’ai visité plusieurs centres officiels de détention. Ils ne constituent que la partie émergée de l’iceberg. Les gens y sont tout simplement traités comme des marchandises, entassés les uns sur les autres dans des pièces sombres, sales, sans air. Certains hommes nous rapportent comment ils ont été forcés de courir nus jusqu’à épuisement, certaines femmes ont, quant à elles, été violées et n’ont été rendues à leurs parents qu’en échange d’une rançon. Toutes les personnes que j’ai rencontrées avaient les larmes aux yeux, suppliant inlassablement d’être libérées. Leur désespoir est accablant.

Qui est complice de ces criminels? Ceux qui tentent de sauver des vies? Ou ceux qui consentent à ce que ces gens soient vendus?

La réduction du nombre de personnes ayant réussi à quitter les rives de la Libye a été présentée par certains comme le résultat d’une politique de prévention des noyades et de lutte contre les réseaux de passeurs. Mais, sachant ce qui se déroule en Libye, un tel «succès» prouve, au mieux, une hypocrisie, au pire, une complicité cynique dans la tentative de réduire l’être humain à l’état de marchandise aux mains des trafiquants. Cette violence qui leur est faite doit cesser. Le respect fondamental des droits de l’homme doit primer et il doit leur être fourni un accès à la nourriture, à l’eau potable et aux soins de santé.

Au lieu de se confronter au cercle vicieux que leurs propres politiques alimentent, les gouvernements ont préféré proférer des accusations infondées à l’encontre des ONG et de quiconque nourrit l’idée de venir en aide à ces personnes en situation de détresse. Au cours de ses opérations de sauvetage en mer, MSF a essuyé des tirs de la part des gardes-côtes libyens – une entité financée par l’UE –, et été accusée à maintes reprises de collusion avec des trafiquants. Mais au final, qui est complice de ces criminels? Ceux qui tentent de sauver des vies? Ou ceux qui consentent à ce que ces gens soient vendus?

Garantir des voies sûres

La Libye n’est que l’exemple le plus récent et flagrant des politiques migratoires européennes menées depuis plusieurs années, visant à les éloigner de notre champ de vision. A travers l’accord UE-Turquie conclu en 2016, cette tendance de fermeture des frontières et de repli se confirme en Grèce, en France, dans les Balkans et au-delà.

A ce jour, seule une fraction réduite de personnes a pu avoir accès à une protection, à un droit d’asile ou à des procédures de rapatriement accélérées. Garantir des voies sûres et légales pour franchir les frontières est la seule façon d’éliminer les incitations perverses qui permettent aux trafiquants de prospérer, tout en respectant les objectifs de contrôle des frontières.

Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas que cela se passe. La marchandisation des souffrances des personnes prises au piège doit prendre fin. Dans leurs efforts pour endiguer le flux, les gouvernements européens seront-ils prêts à assumer le prix du viol, de la torture, et de l’esclavage?

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA