En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Mediapart - RESF Réseau Education sans frontières - 22/12/2017

Le coup de gueule d'un habitant de St-Chély indigné par la politique odieuse de Macron à l'encontre des familles de migrants accueillies par les habitants mais maltraitées par les autorités.

Deux familles de Saint Chély (Lozère) doivent être expulsées du territoire national. Deux familles albanaises passées par le C.A D.A. de Chambon le Château, logées à St Chély sous l'égide de l'association ALTER dans des appartements HLM où elles cohabitent chacune avec une autre famille de réfugiés dans une promiscuité certaine. Tout laisse à craindre que d'autres décisions d'expulsion suivront.

Depuis leur arrivée, la solidarité s'est organisée autour d'elles. Pour les aider dans leurs démarches, dans leur volonté d'intégration, dans la recherche de promesses d'embauche (sachant que sans titre de séjour ils n'ont pas droit au travail), dans leur apprentissage de la langue ; dans le soutien moral si précieux dans ces situations de détresse.

Deux familles ont vécu à nos côtés (à vos côtés) dans l'angoisse de la lettre fatale qui les condamne à l'expulsion. C'est à dire au retour dans "leur" pays où ils sont menacés de mort avec déjà des tentatives de passage à l'acte.

Deux familles qui ont eu la malchance de croire à une France terre d'asile et des Droits de l'Homme et qui ont découvert une politique migratoire inhumaine que, pour leur plus grand malheur, le président Macron et son ministre de l'intérieur G. Collomb ont décidé de durcir. En témoignent deux récentes circulaires qui intiment aux préfets l'ordre de durcir et d'expulser. Et même de créer des commandos pour aller trier dans les centres d'hébergement d'urgence les "indésirables".

Ceci appelle trois remarques. La première : on ramène ces pauvres gens à des chiffres, des contingents que doivent remplir les préfets. Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres chantait Jean Ferrat dans Nuit et Brouillard. Ils seront des statistiques livrées en pâture à une opinion publique soigneusement apeurée et oublieuse de leçons de l'Histoire. Cela va de pair avec le "tri" de sinistre mémoire dont le résultat sera de jeter à la rue ceux qui n'ont que le pauvre abri de ces centres. Et, troisième remarque, ce tri doit définir des "étrangers indésirables". Ce qui devrait avoir en Lozère un écho particulier puisque le célèbre camp de Rieucros à Mende regroupait justement sous le régime de Vichy des femmes désignées sous ce vocable "d'étrangères indésirables". Une honte que la Lozère taira longtemps, avant de retrouver la mémoire depuis quelques années.

Venons-en à St Chély plus particulièrement. Notre cité s'est développée grâce à l'immigration, depuis ces chinois qui ont participé à la construction de l'usine jusqu'à toutes ces nationalités qui l'ont fait vivre, comme elles ont participé au côté des travailleurs autochtones aux métiers les plus durs, du bâtiment au bois, des carrières aux travaux publics. Des générations qui se sont intégrées et qui, mieux, ont fait de notre ville un lieu qui s'est enrichi de leurs apports successifs. Ce que rappelle régulièrement le Maire Pierre Lafont, et qu'il a confirmé dans un courrier de soutien aux familles menacées dans lequel il souligne aussi le recul inquiétant de la démographie en Haute Lozère. Ajoutons à cela ce que chacun peut vérifier : des appartements H.L.M. vides, comme nombre de logements en ville ou dans les bourgs environnants. Ceci pour souligner que ces malheureuses familles ne prennent la place de personne en étant placées (à deux par logement) dans les trous béants de notre habitat.

Nous avons parlé de solidarité. Heureusement, et pour l'honneur de St Chély, elle a su s'exercer à travers une pétition massivement signée par les parents d’élèves et les enseignants des écoles publiques où sont scolarisés les enfants, et à l'occasion d'autres initiatives particulières. A travers nombre d'associations qui ont témoigné leur soutien écrit en direction de la Préfète, et leur soutien quotidien dans leurs actes pour soulager la détresse morale de ceux qu'aujourd'hui on veut expulser.

Faisons très attention ! Le mouvement en cours est un pas vers la barbarie. Nous en sommes tous comptables. La politique migratoire mise en œuvre sous l'égide de M. Macron nous salit tous. Sans aucune efficacité d'ailleurs au-delà de l'illusion donnée d'une Europe-forteresse pour apaiser les peurs. Étrange forteresse au demeurant, qui est une vraie passoire pour les capitaux, l'hégémonie de multinationales, l'évasion fiscale, le trafic des marchandises. Et qui voit monter impunément les idéologies inspirées du national-socialisme de sinistre mémoire. Des voix s'élèvent pour dénoncer la dérive actuelle : des forces progressistes bien sûr, des associations humanitaires mais aussi le Pape, ou de Défenseur des Droits Jacques Toubon, ancien garde des sceaux de J. Chirac. Et tous ces citoyens qui relèvent l'honneur de notre pays par leurs actes quotidiens de résistance.

CONTRE LA BARBARIE,POUR UNE HUMANITÉ PLUS HUMAINE ET PLUS SOLIDAIRE,VEILLONS ! AGISSONS !

Guy Galvier (RESF Lozère)


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA