En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

La Cimade | 22/10/2015

Pour donner l’illusion de désengorger Calais, le Gouvernement a lancé une opération nationale d’une ampleur sans précédent. Plusieurs centaines de migrants seront ainsi déplacés et enfermés aux quatre coins de la France dans 9 centres de rétention durant les semaines à venir. Sont clairement menacés des Syriens, Irakiens, Érythréens, Soudanais…, un dispositif totalement absurde puisque 99.5% des personnes concernées seront certainement libérées et reviendront à Calais.

L’opération a commencé hier à Nîmes à grands renforts de policiers. Elle se poursuivra dans l’après-midi au Mesnil-Amelot, à Toulouse demain.

Dans les faits, des exilés sont interpelés à Calais où la préfecture prononce des obligations de quitter le territoire français avant de les disperser dans des centres de rétention à Nîmes, Perpignan, Rennes, Toulouse, la région parisienne, Metz. Des avions de la sécurité civile sont mobilisés ainsi que de très nombreux policiers pour les escortes terrestres et aériennes.

Avec les avocats, La Cimade et d’autres associations accompagnent ensuite ces personnes traumatisées par ce déplacement forcé et la peur d’une expulsion, pour qu’elles puissent faire valoir leurs droits.

Puis, quand un juge a annulé les procédures presque toujours illégales ces personnes sont relâchées à toute heure du jour et de la nuit, à des centaines de kilomètres de Calais, sans moyens de transport ni hébergement, dans une précarité totale.

On est loin du « /recours ponctuel à ce système de délocalisations/ » évoqué par le ministre de l’Intérieur, déjà critiquable, hier à Calais, et encore plus éloigné de son intention «/d’éviter la concentration dans la ville de Calais de souffrances et de précarité en offrant des conditions de mise à l’abri sur tout le territoire national /».

Toutes ces personnes reviendront à Calais, après cette nouvelle étape éprouvante de leur parcours migratoire. La France aura violé leurs droits les plus fondamentaux en les enfermant, en leur notifiant des mesures d’expulsion vers des pays en guerre, en les précarisant encore davantage par l’éloignement forcé de leur campement de fortune. En plus d’être indigne cette politique est aussi absurde que coûteuse.

Si l’ampleur de cette opération est une première, la technique est en effet assumée de longue date par les pouvoirs publics malgré les sanctions à répétition de la justice.

L’opération qui se déroule depuis quelques jours révèle l’incapacité du gouvernement à prendre la mesure de la situation et à assumer les responsabilités qui sont les siennes.

La Cimade demande solennellement au Gouvernement un large plan d’urgence pour sortir la « jungle » de Calais de l’indignité dans laquelle elle se trouve.

Contact presse : La Cimade- 06 42 15 77 14- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Camille SIX

Juriste

Plateforme de Service aux Migrants

06 58 80 07 28

www.psmigrants.org <http://www.psmigrants.org/>

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA