En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Lettre ouverte au Consul d’Italie à Toulouse

 

Monsieur le Consul,

Domenico Lucano est actuellement assigné à résidence par le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, qui a choisi de détruire un symbole d’acceptation, de solidarité et d’intégration des réfugiés.

Matteo Salvini, avec violence et cynisme, tente de briser le modèle Riace réalisé par le maire Domenico Lucano. L'Italie ne devrait pourtant pas oublier que dans un passé récent, son peuple a été parmi ceux qui a le plus émigré à travers la planète (USA, Argentine, France...). Que deviendraient les anciens de la région d'Emilie-Romagne sans l'assistance des femmes ukrainiennes, polonaises, russes, serbes, roumaines, toutes auxiliaires de vie de cette région peuplée de personnes âgées ?

L’expérience de Riace agace parce que c'est la démonstration qu'il existe un modèle d'accueil qui fonctionne, un système éloigné de la propagande raciste. Son maire, a d'ailleurs été cité par les 50 personnalités les plus influentes en 2016, par le magazine Fortune.

Riace a apporté un message au monde de l'humanité, son modèle est reproductible partout en Europe.

Au cours des dernières années, certains partis politiques en Europe ont essayé de démontrer que l'immigration est un problème à tous les points de vue, ordre public, sécurité, terrorisme. Riace est la démonstration vivante que l'immigration est une chance, une richesse pour faire revivre et dynamiser un village, une région.

Pour toutes ces raisons et parce que nous sommes solidaires avec les réfugiés qui sont mis à l'abri de la guerre, de la misère et des catastrophes naturelles, nous soutenons Domenico Lucano, le Maire de Riace.

Nous refusons de participer à cette Europe de l'exclusion et de la haine.

« Et de fait, rien peut-être ne rend plus sensible le formidable recul qu’a subi le monde depuis la Première Guerre mondiale que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et, de façon générale, à leurs droits. Avant 1914, la terre avait appartenu à tous les hommes. Chacun allait où il voulait et y demeurait aussi longtemps qu’il lui plaisait [...] Il n’y avait pas de permis, pas de visas, pas de mesures tracassières, ces mêmes frontières qui, avec leurs douaniers, leur police, leurs postes de gendarmerie, sont transformées en un système d’obstacles ne représentaient rien que des lignes symboliques qu’on traversait avec autant d’insouciance que le méridien de Greenwich. »

Stefan Zweig, Le monde d’hier. Souvenirs d’un Européen (1942)

Le Cercle des voisins du CRA de Cornebarrieu

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA