En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Le blog de Mathieu Gabard - Mathieu Gabard - 6/6/2018

 Footballeurs professionnels, citoyens, prenez position face aux mesures anti-migratoires. Comme l’ont fait Didier Drogba et Socrates, il y a quelques années, prenez vos responsabilités. Affichez publiquement votre soutien aux humains migrants victimes d’une politique de rejet et d’expulsion ; exigez l’aide, l'accueil et l'hospitalité. Suivi d'un Manuel d’activisme pour footballeur professionnel.

« Chaque match se disputait dans un climat de fête. Sur le terrain on luttait pour la liberté, pour changer le pays. »

                                                               Socrates, Brésil 

« Nous sommes particulièrement affectés par les événements qui marquent la Côte d’Ivoire et en appelons à la raison pour que cesse toute violence. Nous souhaitons faire cet appel solennel à l’apaisement dans notre pays pour éviter de nouvelles vies  sacrifiées. »

                                                                                     Didier Drogba, Côte d’Ivoire

« Ils peuvent pas savoir le bien que ça me fait, le plaisir que c’est d’aider, aider ça m’fait du bien, la peur et le repli sur soi c’est pas bon pour le foie et l’estomac. »

                                                                           Cédric Herrou, France

Chers amis, chers rêveurs, chers passionnés, chers anciens collègues de formation
chers courageux
chers                                                                                                                                                        chers citoyens  
chers migrants tout-terrain, chers passe-frontières, chers hommes transversaux                chers footballeurs professionnels

je vous appelle à prendre parti, à prendre votre courage à deux mains, à prendre part au monde, à ne pas seulement mouiller le maillot
à vous mouiller

vous, footballeurs, migrants économiques, voyageurs du ballon rond, arpenteur de la vaste terre

je vous appelle à prendre position

vous êtes aimés                                                                                                                      entendus                                                                                                                                              écoutés                                                                                                                                                admirés  

vous avez des mots                                                                                                                          une bouche                                                                                                                                            une langue                                                                                                                                           

un pouvoir

*

J’ai été, l’espace d’une enfance et d’une adolescence, il y a quinze ans, l’un des vôtres, en devenir
j’ai arrêté

souvent je vous regarde et me dis
si j’étais à leur place
mais qu’est ce que j’ouvrirais ma gueule

il est trop tard

ce qu’il me reste, ce que j’ ai gagné, c’est ma plume

ce qu’il me reste
nos racines communes

je vous écris

pour vous enjoindre à délier vos bouches
à faire parler vos coeurs
à laisser votre conscience participer du collectif humain                                                              à prendre position
faire corps avec la société
honorer votre citoyenneté

« Avant d’être un professionnel, le joueur est un citoyen »¹

ainsi parlait le réjouissant Adilson Monteiro Alves directeur sportif des Corinthians au Brésil
dans les années 80
il continuait

« Le temps est révolu où l’étudiant devait étudier, le travailleur travailler et seul le politicien faire de la politique. Tout le monde doit avoir la possibilité de participer aux décisions concernant son destin. »

ne restez pas sur le banc du jeu démocratique                                                                              il y a de quoi se lever
il y a urgence à agir
à entrer sur le terrain

quitter le poste de remplaçant éplucheur d’oranges présidentielles
même à l’autre bout du terrain il est bon d’être concerné par le cheminement du ballon

 *

Une tragédie quotidienne                                                                                                                    un drame installé

un épuisement de la dignité                                                                                                        avec ses pics d’apocalypses

nuits de marasmes en mer                                                                                                          jours de rafles à terre

comme le dit l’écrivain Patrick Chamoiseau                                                                                    « Les forces réadmises de l’horreur »
nous traversent

des milliers d’humains meurent par la faute de nos démocraties                                            par notre faute
par votre faute aussi

aujourd’hui
notre Etat les laisse se noyer 
en enferme dans des pires que prisons « Centre de Rétention Administrative »                      en expulse certains
les forçant à courir le risque de se faire tuer
ou de vivre à contre-coeur
survivre à destin brisé
horizon amputé

notre Etat est criminel de ne pas aider
de ne pas accueillir                                                                                                                            de laisser mourir

criminel de rafler                                                                                                                                de trier
de déporter

ces mots sont durs
ils sont de l’étoffe du réel                                                                                                                    il faut les prononcer

il faut le dévoiler

des humains sont                                                                                                                                  empêchés
niés
humiliés
épuisés
frappés
déshumanisés
dans des centres de torture psychologique                                                                                      d’auto-mutilation physique                                                                                                                de suicides avortés
de suicides réussis
par pendaison
immolation par le feu
lacération des bras
                                                                                                                                                                  des centres
tendrement appelés Centres de Rétention Administrative en France

ici

pas loin
à Sète
à Marseille                                                                                                                                              à Vincennes                                                                                                                                            à Toulouse                                                                                                                                                à Nîmes etc.
etc.
etc.

centres cachés
centres qu’aucun panneau n’indique                                                                                              centres d’illégalité
qui bafouent nos règles démocratiques                                                                                            notre contrat collectif
et nos valeurs humaines

l’Etat oserait-il inscrire en grand sur le fronton
CENTRE DE RETENTION ADMINISTRATIVE ?
il le pourrait
tellement les mots choisis atténuent la réalité
magie du langage manipulateur
c’est qu’il doit même avoir peur d’inscrire ces mots atténuants                                                  la sincérité voudrait qu’il inscrive

ZONE DE SEQUESTRATION ET DE TRI D’HUMAINS                                                                  ou                                                                                                                                                      ANTICHAMBRE DU RETOUR FORCÉ ET DU DESTIN BRISÉ                                                      ou
CENTRE DE DECOURAGEMENT A L’IMMIGRATION
ou                                                                                                                                                            CENTRE NATIONAL DE TORTURE PSYCHOLOGIQUE

beaucoup de tentatives de suicides
un tel attrapé alors que sa femme allait accoucher                                                                        se frappe la tête contre le mur et avale des piles,                                                                          un tel se taille les veines d’un bras entier,
beaucoup de grèves de la faim,
même des policiers de la police aux frontières se suicident,         
tant la situation est grotesque, tragique, incompréhensible, invivable

un simple claquement de doigt du préfet                                                                                        et nos frères et soeurs sont enfermés 45 jours
bientôt
90                                                                                                                                                              alors qu’ils n’ont commis aucun délit
ils sont enfermés
par incision préfectorale
quelques jours plus tard les voici renvoyés

3 ans d’errances
d’empêchements, de pertes de proches, de courage, d’amour, de sueur et de désir                insultés, humiliés, bafoués par
3 heures d’avion

et ces campements de fortune dans les rues de Paris                                                                  balayés, effacés, annihilés d’un coup de CRS                                                                              affaires et tentes jetées à la poubelle
eux qui n’ont plus grand chose                                                                                                          même ce plus grand chose leur est enlevé, déchiré, aspiré, broyé                                          jusqu’où l’Etat ira-t-il dans l’indécence?

il pourrait faire tout autrement
il pourrait accueillir
il pourrait respecter la liberté, l’égalité et la fraternité                                                                il en a largement les moyens

il ne le fait pas

il sanctionne ceux qui aide                                                                                                      pénalise la générosité                                                                                                              condamne l’hospitalité

Cédric Herrou en témoigne                                                                                                                lui qui accueille chez lui                                                                                                                dans la Vallée de la Roya                                                                                                                    ses semblables                                                                                                                             passe-frontières à la rue

« on m’incrimine comme si j’avais fait de la contrebande »

et la police traque ces humains considérés illégaux                                                                    et la police craque de devoir remplir cette tâche
le gouvernement sec et mortifère
persiste et signe

J-M G. Le Clézio dans sa petite enfance                                                                                          fut accueilli
lui aussi
lors de la seconde guerre mondiale

pas loin de chez Cédric Herrou                                                                                                    dans la vallée de la Vésubie
à Roquebillère

« Nous étions dans ce village parce que, en tant que citoyens britanniques (...), nous étions sous la menace d’être déportés par les allemands vers un camp de concentration.

(...)

Si j’en parle c’est surtout pour dire l’honneur de la population des villages de la frontière dans les hautes-vallées de la Tinée et de la Vésubie, et maintenant soixante- dix ans plus tard, à Breil-sur-Roya. C’est l’honneur des habitants de ces lieux isolés, réputés âpres et un peu sauvages, d’avoir tenu tête à la machine administrative inhumaine et d’avoir ouvert leur coeur aux réfugiés, sans crainte des dénonciations et des représailles. »²

footballeurs
vous avez vous aussi le droit à l’honneur
votre parole peut ouvrir des refuges
ouvrir les coeurs
décrisper les peurs
et développer un imaginaire fertile de l’accueil

nous devons nous réveiller
nous devons réveiller les citoyens et le gouvernement
le rappeler à ses devoirs
ou demander sa destitution

*

Je me questionne sur la manière de faire pour stopper ce drame,
par quels moyens retrouver un état satisfaisant d’humanité et de relation à l’autre?

comment éviter au pays dans lequel je vis de sombrer dans le repli sur soi, la violence et l’égoïsme meurtrier?

je rends visite à des hommes enfermés au Centre de Rétention Administrative de Sète avec le collectif « Excradition Générale »
nous portons dans la rue la paroles des enfermés 
nous informons de l’existence des CRA

nous collons des affiches
nous débattons avec les passants
nous avons monté une performance artistique de propos d’enfermés en CRA                        j’écris un livre
je produis et diffuse des textes
mais cela ne suffit pas
il faut aller plus vite
plus grand
plus large

c’est pour cela que je viens vers vous                                                                                                non je n’en veux pas à vos gros sous

c’est votre parole que je cherche                                                                                                        votre dignité
votre empathie

votre portée médiatique peut jouer le rôle d’un fabuleux accélérateur de prise de conscience
elle peut être un levier gigantesque pour venir réellement en aide à ces humains migrants

vous constituez une puissante force de changement                                                                    les gens vous écoutent
un seul de vos mots
et des coeurs se renversent

je vous demande donc bien plus que de l’argent

je vous demande
de prendre position                                                                                                                      prendre parti
du côté de l’humain

il serait aisé de se satisfaire du rôle d’esclaves riches à souhaits
de se laisser porter par les somnambulismes de la réussite
de se soumettre à la loi du marché footballistique et de taire à jamais toute espèce d’indignation
de combler le vide chaleureux d’une main tendue par les froides clés d’une BMW

on vous paye cher
et vous faites attention,
vous voulez atteindre l’horizon
et vous ne faites pas de remous,
on attend de vous que votre parole soit propre, désinfectée, aseptisée
et vous vous faites polis, bien pensants, transparents,
on attend de vous que vous jouiez beaucoup pour que le public vous voie beaucoup et qu’il donne beaucoup de sous
vous le faites encore et encore

je vous propose de sortir de la bulle de Hunger Games                                                              de quitter votre bâillonement
de faire chanter les geais qui grognent en vous
de déployer vos ailes

en somme de parler

s’il vous plaît
ne vous exonérez pas plus longtemps des malheurs de notre temps                                        votre parole est importante
vous aussi êtes des migrants
privilégiés
portez-vous solidaires des autres

vous avez aujourd’hui une responsabilité                                                                                    elle est simple

écouter votre coeur
et ouvrir votre bouche

vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas                                                                        nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas

la traite négrière a duré des siècles                                                                                              l’humanité a mis du temps
à réagir
à se mobiliser                                                                                                                                          à mettre un terme aux horreurs qui mangeaient le terrain                                                        ne soyons pas complices de cette nouvelle atrocité
ne tardons plus
relevons la voix

pour pouvoir se dire dans les yeux de l’autre
j’aurais tenté d’être à la hauteur de l’humain que j’aimerais être

parlez

contre le traitement réservé aux migrants                                                                                  sous-produits humains
voués
à mourir

dans l’indifférence
dans le cynisme
dans la mer Méditerranée

à être renvoyés
à l’endroit même qu’ils voulaient fuir                                                                                            nulle part
partout
loin de leurs désirs
loin de leurs souhaits
loin de leur volonté

parlez

vous avez une capacité à réunir                                                                                                      utilisez-là

considérez l’impact que peut avoir le football sur la vie politique                                             sur le monde

en 2018
George Weah
est élu Président du Libéria

lui qui nous faisait rêver en ligue des champions
les soirs de grandes étoiles et de football symphonique

en 2006 et 2010
Didier Drogba appelle au calme
lors de conflits armés en Côte d’Ivoire
toute l’équipe suit et arbore T-Shirt et banderole « Pour la paix en Côte d’Ivoire »

le pays s’apaise

en 1982 au Brésil Socrates et ses co-équipiers du SC Corinthians de Sao Paulo mettent en place un fonctionnement démocratique au sein de même de leur équipe et luttent contre la dictature militaire
ils appellent à la démocratie en floquant au dos de leur maillot
« le 15 allez voter »
puis plus tard
« Democratie Corinthiane » émaillé de gouttes de sang
ils tirent ensuite une banderole
« Gagner ou perdre, mais toujours en démocratie »

ils deviennent un symbole
le peuple suit
trois ans plus tard la junte militaire chute

en 1958 douze joueurs algériens
qui évoluent dans le championnat français
dont deux internationaux
quittent la France juste avant la Coupe du monde
pour gagner clandestinement l’Algérie
et fonder l’équipe du Front de Libération Nationale (FLN) afin de lutter contre le colonialisme français
pour l’indépendance de l’Algérie
un communiqué du FLN sera publié

« nos frères ont manifesté leur joie de se retrouver parmi nous. Ils nous on expliqué longuement qu’au moment même où la France faisait, à leur peuple et à leur patrie, une guerre sans merci, ils refusaient d’apporter au sport français un concours dont l’importance est universellement appréciée »³

quatre ans plus tard l’Algérie est indépendante

et vous?

que faites-vous?
seriez-vous prêts à en faire de même par solidarité avec ces humains migrants déshumanisés, balayés, enfermés, renvoyés?

je vous demande de vous poser intimement cette question

que pouvez-vous faire?
que voulez-vous faire de votre pouvoir?

l’horreur n’est pas que dans les livres d’Histoire
elle est aussi dans nos mers et sur nos terres
dans nos villes et nos forêts
permise, accompagnée et orchestrée par le gouvernement français

à certaines périodes clés de l’histoire
des footballeurs ont su trouver en eux des jaillissements de dignité, d’humanité et de solidarité pour dire un mot, un souffle, un geste de l’immoral qui rôdait dans leur époque

ils ont contribué à l’alléger, la rendre plus respirable, la libérer, redonner espoir aux impuissances mornes et aux résignations

il est rare d’avoir un tel pouvoir d’écoute                                                                                       soyez en conscient
vous avez de l’or entre vos mains

l’occasion vous est donnée d’être plus que des footballeurs de haut-niveau et d’agir en toute responsabilité
à un niveau humain
pour le collectif

pour vos semblables méprisés et maltraités

parler
pour vos frères et soeurs humains
                                                                                                                                                                  à la recherche de la tranquillité                                                                                                      de la paix                                                                                                                                              c’est tout                                                                                                                                            c’est simple                                                                                                                                          on leur refuse

comment mon pote Aurélien Colin aurait-il fait pour réaliser son rêve de footballeur professionnel si on lui avait interdit de traverser les frontières?

six pays, onze villes
avant d’accomplir son rêve

Versailles, Sedan, Amiens, Mallorque (Espagne), Gretna (Ecosse), Panserraikos (Grèce), Wrexham (Pays de Galles), Setubal (Portugal), Kansas City, Orlando City, et le Graal : New-York-City (Etats-Unis)

et s’il n’avait pu traverser l’Atlantique?

ou s’il avait du emprunter un zodiac avec Beckham, Benckenbauer, le Roi Pelé, Cantona et bien d’autres pour se rendre à New York?

s’ils étaient tous morts au large de Fécamp, dans un sordide bras de Manche, une nuit quelconque?

chaque semaine des centaines d’humains crèvent férocement dans l’oubli du gouffre Méditerrannée

nous qui le traversons si aisément en avion

footballeurs
grands voyageurs
nos frères et soeurs migrants crèvent dans la mer

on leur interdit de prendre nos avions et nos bateaux pour venir chez nous

ils payent 5000€
torturés, violés, exploités, esclavagisés - sombre répétition de l’histoire - enfermés          alors que pour 500€
ils auraient eu un billet d’avion confortable
pour aller
où il leur plairait d’aller
nous sommes responsable de leur mort
en leur interdisant nos transports

tristes relents de la ségrégation raciale aux Etats-Unis d’Amérique
sièges interdits aux noirs - avions et bateaux interdits à certains étrangers aux pauvres
à ceux qui ont les mauvais papiers
la mauvaise origine

on les condamne aux pneumatiques qui prennent l’eau                                                    étoiles noyées dans le désert
miroirs fracassés dans les ressassements de nos lâchetés                                                combien d’étoiles filées par le fond de notre passivité

je repense à Aurélien

si on lui avait pris ses empreintes dans le premier pays étranger où il posa les pieds il serait resté condamné à croupir à Mallorque quelques semaines ou toute une vie                y a pire, c’est vrai...

ou alors imaginez qu’il fut renvoyé chez lui à Versailles                                                            là, pour le coup, c’eût été un vrai drame...

mais il en fut autrement, il a pu voyager, se chercher, se trouver

voilà ce à quoi nous ouvre le monde actuel, tâtonner, en liberté, sillonner une grande pluralité de paysages, avec nos forces, nos déceptions, nos problèmes, nos joies, chercher la voie, créer ensemble, avec nos incompréhensions, nos incohérences, nos grands écarts

on ne peut plus faire autrement                                                                                                    qu’on le veuille ou non
le monde est ouvert

dans ce tout-monde irréductible
ne cautionnons pas
une fois de plus
la fabrication d’une sous-humanité aux droits amoindris

traitons nous comme des semblables riches de différences et d’enseignements                  ravissons-nous des mille nouvelles floraisons à venir de la bio-diversité humaine

« je veux juste vivre tranquille pas grand chose
une maison et une famille tranquille                                                                                            c’est tout
je demande rien de plus »

Monsieur M. séquestré au CRA de Sète

il cherche à vivre
veut arrêter de pratiquer le sport extrême de la survie

ouvrons les bras
ouvrons le chemin
ouvrons les yeux
portons assistance à ces personnes en danger                                                                              ne torpillons pas leur pays d’origine

nos pays d'origines

vos pays d’origines

aujourd'hui
notre pays allume l’incendie de l’autre côté de la mer                                                                et ferme notre rive à double tour

les fuyards meurent entre deux inhumanités                                                                          nous regardons le spectacle
les yeux fermés
le coeur transparent

le producteur étatique plein de cynisme et d’avidité monte un effrayant film à gros budget
grâce au financement participatif de notre déni crasseux

et flambent les cratères identitaires de l’extrême droite

exigeons de nos gouvernants que s’ouvrent les frontières
que ferment les Centres de Rétention Administrative
que notre République respecte les droits fondamentaux des migrants                                  qu’ils aient un accueil digne
qu’elle prône un droit à l’hospitalité internationale
que des humains ne meurent pas aux extrémités de l’eau et de la neige

des fonds marins aux cieux neigeux
des spectres nous alertent
et ne cessent de chanter dans nos nuits vénéneuses                                                                      que faites-vous?

*

Intenses frissons collectifs
virée physique dans les méandres abyssaux du dépassement                                                    sueur salée
réconfort apaisé

tous dans le même bateau                                                                                                          intuition à vif
sensibilité à l’affût
une passe à l’aveugle

un extérieur du pied d’une précision chirurgicale
un contrôle de balle d’une longue et haute transversale                                                               le ballon reste collé au pied
silence

et ça repart
retournée dans les filets                                                                                                                      frappe sur la barre
poteau
sentir un appel
ne pas donner le ballon                                                                                                                  faire le choix juste
ne pas savoir d’où ça vient                                                                                                            s’en remettre à son corps                                                                                                                  vibrer
ne pas compter ses efforts                                                                                                              sentir ses limites
être épuisé
tout donner

se faire oublier aux vingt mètres                                                                                              disparaître
réapparaître
marquer

anticiper la passe
se jeter de toute son âme pour subtiliser la transmission                                              frissonner

crier tous ensemble à la victoire                                                                                              éructer de joie
trembler au penalty
pleurer à la défaite

relever son pote au monde écroulé baignant l’herbe de sa tristesse sans limite                      éprouver l’injustice
s’émouvoir de l’adversaire qui vient réconforter un partenaire blessé

*

L’adversaire, parlons-en
l’adversaire n’est pas le migrant ni l’étranger

tant d’étrangers dans notre équipe
tant d’étrangers dans notre coeur
tant d’étrangers dans notre esprit
non l’adversaire n’est pas dans l’équipe d’en face

l’adversaire c’est nous
notre peur
notre couardise
nos défilements
l’adversaire est notre collaboration à cette machine à faire souffrir et mourir                        l’adversaire est dans notre coeur

les joueurs d’en face                                                                                                                           et j’en ai vu passer
je les aimais
sans eux comment aurais-je pu me surpasser?
prendre autant de plaisir?
réaliser ce magnifique double passement de jambe sur un terrain synthétique mouillé face au PSG?

les joueurs d’en face même quand ils voulaient nous frapper                                                    je ne leur en voulais pas
j’allais leur parler
je souhaitais ne pas couper le pont                                                                                                  ne pas laisser le mur se dresser

ce corse de Bastia
pas content de mon tacle
vous rappelez-vous Mr Laurey ?

vous qui cherchiez, apeuré, à me séparer de mon adversaire?                                                moi qui voulait faire la paix
discuter, échanger
vous qui                                                                                                                                                  alors que je retournais le voir à la fin du match                                                                        m’empêchiez de le faire

au retour
en Corse
la guerre nous attendait

comme un sentiment d’injustice ne tient à rien...

à quelques peurs bien cimentées
à des automatismes qui aveuglent
à des impossibilités de dépassement

les joueurs d’en face je ne leur en voulais pas                                                                              j’en voulais à mon équipe
de vouloir se battre
je m’énervais contre mon équipe

de vouloir se battre                                                                                                                                je les agrippais
les repoussais

ils se moquaient de moi dans les vestiaires                                                                                      dans les bastons
je séparais
je séparais encore

j'éloignais

les joueurs d’en face j’admirais leur technique et m’en nourrissais pour devenir meilleur, j’aimais les retrouver sur de nouveaux terrains, autre part, autrement

j’avais un rapport sensuel et amoureux avec les joueurs d’en face,                                          je les trouvais beaux, je m’en émerveillais

et quand je les détestais parce qu’ils étaient trop forts pour moi                                              qu’ils m’humiliaient en pleine détection à Saint-Etienne
t’en souviens-tu Hatem?
je m’en prenais à moi

je n’étais pas assez bon pour lui faire face
je n’étais pas assez bon pour ne pas m’énerver de cela et garder en tête que c’était un jeu  que j’aimais ce jeu et ses joueurs

je me reprenais

pendant la mi-temps, j’avais accumulé et invoqué toutes les énergies du dépassement, cet adversaire m’avait remis en question, il avait attisé mon adversaire intérieur, l’avait titillé, transformé, anobli, je revenais sur le terrain meilleur, changé, frissonnant, brûlant, trépignant, chien fou, je me découvrais différent, autre, plus beau, devenu, grâce à lui

j’en voulais à mon équipe de croire qu’il fallait réellement se battre

je crois que l’on joue
pour faire la paix avec soi-même

on joue pour se dépasser

la rage, disait Eduardo Perez, la rage, entrez sur le terrain avec la rage                                    moi qui aimais les chiens j’en devenais un
mais je ne m’y trompais pas
un chien joueur

un chien qui jouait à la rage                                                                                                                la rage d’aimer
la rage de jouer
la rage du plaisir

un chien qui transformait sa rage en puissance de jeu                                                                en flammes
en beauté
en solidarité                                                                                                                                        en frissons

on jouait avec les autres à devenir soi-même

je me souviens d’un matin où je sortais de chez moi avec une quinzaine de livres dans les bras
du sol trempé par la pluie de la nuit
de mon chien qui me sauta dessus heureux de me voir                                                             de mes livres tombés à terre
mouillés
de mon chien tout excité les piétinant de joie et de saleté                                                        me regardant la langue pendante et l’amour étincelant

je me souviens de ma colère
et du coup de pied violent que je lui donnai pour l’éloigner

de mon regret instantané

de mon chien
statique
me fixant
un boxer
boule de muscle sans plus aucune expression qui me dévisageait prêt à tout

d’un bond nerveux il me sauta dessus gueule au vent jeta ses pattes sur mes épaules et
me lécha le visage d’un amour surexcité

un chien d’amour vous dis-je                                                                                                              un chien joueur
un chien qui pardonnait

j’en voulais à mon équipe de se battre avec les poings comme des chiens haineux                et pas avec le jeu comme des chiens aimants

l’adversaire, le violent, l’idiot, le voleur, le terroriste était dans mon équipe

pas dans l’équipe d’en face

qui me poussait
m’aidait à devenir meilleur me traversait
me nourrissait
m’inspirait

pour être sur un terrain et jouer heureux
il faut des règles que tout le monde respecte

notre monde propose des règles différentes pour des sous catégories d’humains que sont les adversaires migrants

« les situations que fuient ces déshérités, ce sont les nations riches qui les ont créées, nous dit J-M G. Le Clézio dans Migrants, par la conquête violente des colonies, puis après l’indépendance en soutenant les tyrannies, et enfin au temps contemporain en fomentant des guerres à outrance, dans lesquelles la vie des uns ne vaut rien, quand la vie des autres est un précieux trésor »

c’est assez clair                                                                                                                                    et
c’est pas du jeu

levez-vous footballeurs                                                                                                                    levez votre voix

que les migrants bénéficient des mêmes règles que nous                                                        qu’ils soient considérés comme des joueurs à part entière

ils sont nos frères et soeurs
de la grande communauté des vagabonds                                                                                voyageurs
mercenaires
chercheurs d’or
errants                                                                                                                                        chevaliers
amoureux de nouveaux paysages à découvrir encore et encore

ils sont
nos frères
nos soeurs
nos morts
nos noyés
nos hontes
nos amis
nos avenirs
nos chances de devenir                                                                                                                        nos inconnus
nos passants

ne fermons pas le coeur au monde qui accoure                                                                            ou il nous ravagera

ne ravageons pas le monde                                                                                                                ou il mangera notre coeur

ouvrons-le dans des règles communes

avec comme base
l’humain
et non l’économie, la finance
l’avidité de quelques uns
                                                                                                                                                                  ne nous laissons pas déborder par les instincts meurtriers d’une poignée d’humains immatures et malheureux

au centre
à l’engagement
le jeu
le plaisir des transmissions                                                                                                            des relais
des traversées

surtout pas le triste mur d’une défense bétonnée et barbelée                                                qui affame
qui ruine
qui torture

qui séquestre dans les vestiaires                                                                                                      l’équipe d’en face

*

Manuel d’activisme pour footballeur professionnel

Voici un petit manuel pensé et élaboré spécialement pour vous, footballeurs professionnels, suivez-le à la lettre ou détournez-le à souhaits, mais surtout, agissez, utilisez tous les moyens, fourmillez de nouvelles idées.
A vous de jouer.

1 - Le Basique

Un simple T-Shirt sous le maillot avec noté dessus                                                                       

« Stop au déni d’humanité accueillons les migrants »

2 - Le Panache collectif

Une banderole sur le terrain

« Arrêtez le massacre en Méditerranée accueillons nos frères et nos soeurs »

3 - La Classe


Une interview et vous glissez 

« Arrêtons de criminaliser et d’enfermer des hommes et des femmes qui demandent juste à vivre en paix, arrêtons de leur compliquer la vie, de les pousser à mourir en haut des montagnes, au fond de la mer ou dans un Centre de Rétention Administrative, je demande à l’Etat de réagir. Vraiment. Pas qu’en mots. En acte. Il ne suffit pas de dire, je vais marquer un but, il faut le marquer. Ni le spectateur, ni le coéquipier, encore moins l’adversaire, n’est dupe lorsque le ballon file dans les gradins et non dans les filets. »

4 - La Drogba

Détournez malicieusement les propos de Didier Drogba et déclarez au micro ou sur votre compte facebook 

« Nous sommes particulièrement affectés par les événements qui marquent la France et en appelons à la raison pour que cesse toute violence à l’égard des migrants. Nous souhaitons faire cet appel solennel à l’apaisement dans notre pays pour éviter de nouvelles vies sacrifiées »

5 - L’Audace lyrique


Quand vient la Marseillaise                                                                                                          entonnez plutôt 

"Allons enfants de la partie
les grands déboires doivent cesser                                                                                              contre nous de la barbarie
le mouchoir blanc est levé

entendez-vous dans nos campagnes                                                                                                  passer de silencieux migrants
ils viennent de par les océans                                                                                            rechercher la paix, pas la castagne

aux âmes citoyens
ouvrez vos maisons                                                                                                                  accueillons accueillons                                                                                                                      que nos toitures                                                                                                                                    hébergent leurs chansons"

6 - La radicale

Faites grève                                                                                                                                refusez de jouer

7 - La Témérité joueuse et sensuelle

Avant d'entrer sur le terrain, faites une annonce  

« nous allons jouer ce match mais nous refusons de marquer un but tant que le président n’aura pas fait l’annonce d’un accueil inconditionnel des migrants et de la régularisation de tous les sans-papiers»

lors du match
tâchez de conserver au maximum le ballon dans la surface adverse
de vous approcher au plus près du but
de faire durer le plaisir et le suspense comme Garrincha
qui après avoir dribblé le gardien de but
revenait en arrière pour le dribbler une nouvelle fois avant de marquer                                  mais à la différence de Garrincha
ne faites pas l’erreur de marquer
frôlez sensuellement la ligne de but
le plus tendrement et langoureusement possible
puis faites machine arrière                                                                                                              tout en restant au plus près de la surface érogène de réparation                                               si toutefois l’opération fonctionne
que le président craque et accède à vos volontés
vous pourrez ainsi marquer au plus vite                                                                                          et remporter, avec panache, votre match, le championnat
voire même la coupe du monde.

*

footballeurs citoyens
ensemble jouons
au football
au collectif
à la démocratie
à la République
au monde
à l’hospitalité
à la solidarité
à la vie
à l’humain                                                                                                                                        avec tous et toutes                                                                                                                              quelle que soit l’origine                                                                                                                    quel que soit le niveau social                                                                                                            quel que soit le sexe                                                                                                                              jouons de bon coeur

faites entendre votre voix                                                                                                            refusons la barbarie

1 - Une histoire populaire du football, Mickaël Correïa, éditions La Découverte 2018

2 - Migrants, in Osons la fraternité, les écrivains aux côtés des Migrants, publié sous la direction de Patrick Chamoiseau et Michel Le Bris, éditions Philippe Rey, 2018

3 - Une histoire populaire du football, Mickaël Correïa, éditions La Découverte 2018

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA