En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

17/08/2013 | https://13212.lapetition.be/

 

Depuis près de 15 ans, les pays maghrébins se sont positionnés comme de véritables gendarmes à la frontière sud de l’Europe.
Le nombre d’arrestations, de passages à tabac et de refoulement de sub-sahariens aux frontières marocaines et algériennes, déjà scandaleusement élevé, ne cesse de croître, dans l’indifférence totale de la classe politique et des autorités maghrébines mais aussi sub-sahariennes.
De plus, les contrôles au faciès se multiplient dans de nombreuses villes maghrébines. Les populations autrefois accueillantes, humanistes et courtoises posent désormais des actes racistes à l’encontre des personnes sub-sahariennes. Les médias amplifient et attisent les haines : les quotidiens arabophones (les plus lus) n’hésitent pas à dénigrer les sub-sahariens en les taxant de criminels, de voleurs, de trafiquants de drogue, d’éditeurs de fausse monnaie, etc. Certains vont même jusqu’à accuser les personnes sub-sahariennes d’être porteuses de maladies tel que le VIH sida ou de vouloir sournoisement envahir le Maghreb (cf. Al Masseer : dans son édition n° 1643 du jeudi 5 janvier 2012, un dossier de deux pages titré : « Des bataillons de migrantes clandestines propagent le SIDA dans les rues du Maroc»).
Malgré ces manquements flagrants à la déontologie et à l’éthique journalistique, ces incitations à la violence et au racisme sont régulières et n’ont jamais fait l’objet du moindre avertissement ou rappel à l’ordre de la part des autorités, qu’elles soient maghrébines ou sub-sahariennes. Cette attitude complaisante participe à la montée croissante de la stigmatisation et de la xénophobie.
Comment peut-on accepter, quand on se dit démocrate, que ses concitoyens se fassent humilier, rejeter et meurent même parfois de façon inexpliquée sans même lever le petit doigt ? La mission d’un chef d’état et de ses représentants à l’étranger n’est il pas de protéger ses compatriotes ?
Les hommes, femmes et enfants provenant d’Afrique noire et aspirant à mener une vie meilleure au Maghreb sont systématiquement présentés comme potentiels candidats à l’immigration clandestine vers l’Europe, comme si les pays du Maghreb ne pouvaient être leur destination finale : pourtant, nombre de ces migrants ont déjà passé plus de la moitié de leur vie dans ces pays maghrébins et y ont fondé une famille avec des locaux. De même, pour bon nombre d’étudiants sub-sahariens en fin de cycle, les pays du Maghreb constituent une destination de choix.
Or, tout démontre que c’est la répression journalière dont sont victimes les sub-sahariens (racisme, accompagné de violences physiques et de traumatismes psychologiques) ainsi que la mise au ban de la société maghrébine qui les poussent à revoir leur choix de migration. Ils sont alors obligés de prendre la route de tous les dangers, et de risquer leurs vies dans des bateaux de fortune pour traverser la Méditerranée, devenue la fosse commune des africains.
Une tragédie humaine qui se déroule aux portes sud de l’Europe, sans que s’en émeuvent les Etats européens ou africains. Je pose la question : l'Europe est-elle entrée en guerre contre les classes défavorisées du continent africain ? En tout cas, il est certain qu’elle utilise les pays du Maghreb comme bourreaux.
A l’heure où les pays arabes font leur révolution et s’engagent sur la voie de la liberté, de la justice et de la démocratie, les personnes sub-sahariennes vivant au Maghreb sont, elles, traitées comme monnaie d’échange pour obtenir des subventions européennes. Faut-il rappeler que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipule que toute vie est sacrée, et que l’être humain doit être au centre de tous les intérêts ?

Fabien Didier YENE, Coordinateur du Collectif des communautés subsahariennes au Maghreb (CCSM), lance un appel et propose cette pétition pour que les pays du Maghreb cessent de marchander avec l'Europe des milliers de vies humaines ; pour que les pays du Maghreb s’engagent enfin dans une politique migratoire digne et juste : cela signifie régulariser tous les étrangers vivant depuis plusieurs années sur leur territoire, comme c’est aujourd’hui le cas dans les pays européens, aux Etats-Unis et même en Afrique Noire.
Les sub-sahariens installés au Maghreb veulent avoir accès à l’emploi, pouvoir instruire leurs enfants dans des écoles maghrébines, se soigner, participer à la vie civique et politique, pouvoir porter plainte quand ils sont victimes d’injustices et que cessent les assassinats trop fréquents aux portes des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Que les pays du Maghreb respectent les conventions internationales qu’elles ont ratifiées.
Que toutes les personnes sub-sahariennes vivant au Maghreb soient régularisées.
En signant cette pétition, vous nous aiderez à faire respecter la dignité humaine aux portes sud de l’Europe et dans tout le continent africain. A lutter contre toutes formes de discriminations, de racisme et de la xénophobie ancrée au Maghreb.

Faites la circuler autour de vous, dans tous vos réseaux, dans tous les milieux médiatiques, sur les places publiques, pour atteindre les 1 million de signatures.

Votre signature est d’une importance capitale dans ce combat.

Merci


















Je signe la pétition !

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA