En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Entrée au CRA immédiate!!! Et reçus de façon très sympa par les PAF, fouille rapide et simple.

Boussou Maal*

Ce jeune homme sénégalais n'a plus ni père ni mère (tous deux décédés il y a longtemps) et a quitté son pays à cause de conflits familiaux (tradition? difficile de comprendre vraiment sans avoir l'air de faire un "interrogatoire") alors qu'il étudiait pour être professeur de français!

Sa vie serait en danger, on veut lui faire du mal. Inimaginable de retourner au pays.
Il était en terminale littéraire (2015/2016) quand il a dû partir en 2016 avant la fin de l'année scolaire. Il déplore de ne pas avoir son bac. Il aime les lettres et la philo (Sartres, Socrate...).
Il est passé par le Burkina, le Niger, la Lybie pour aller en Europe et a croupi dans un camp en Italie pendant presque 2 ans (il dit avoir une "carte d'identité"?? italienne...).
Il voulait venir en France pour des soins (mal-être psychologique) pcq il est impossible d'accéder aux soins en Italie.
Un passeur lui a proposé de l'emmener (avec d'autres) à Marseille en camion pour 150€. Il nous explique que, quand on ne connaît personne, on est obligé de faire confiance à n'importe qui. Ils ont été arrêtés (où? sur un parking d'autoroute) et le voilà au CRA.
Il a vu la Cimade ce matin, il fera une demande d'asile dès qu'il sera libéré.
Il ne se plaint pas de la nourriture mais il est très seul, son voisin de chambre vient du Bangladesh et ne parle ni français ni anglais, et un copain sénégalais, dans la chambre d'à côté, ne parle que peul!
Il est totalement abattu par ce qui lui arrive (il est souvent au bord des larmes). Quand on lui demande s'il aurait besoin de qqch... rien à part la liberté.

Diawara*

Ce jeune malien est totalement perdu, déconnecté, amorphe (malade psy??).
Il ne comprend pas pourquoi nous sommes là, pourquoi la PAF l'a appelé.
Quand on dit "Mali", il répond "quel Mali" de façon à peine audible.
Impossible d'entrer en contact, aucune communication possible, ne sait même pas dire s'il veut que nous restions ou partions... Nous repartons après cet essai infructueux...
En sortant, j'ai demandé au policier de la PAF s'il était shooté ou si c'était son état "normal". Il a répondu qu'il était toujours comme ça, mais calme.
Notre interrogation en sortant du CRA: Que peut devenir cet homme si on le libère???

(*) Les noms ont été modifiés

 


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA