En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

18/5/2019 - J'avais promis d'apporter à Gisti* (surnommée Titi* par ses co-retenues) des vêtements et un téléphone. Je suis donc allée la revoir ce samedi après-midi. Après une 20taine de minutes d'attente dehors, une fouille “normale” et une inspection de chaque vêtement , j'arrive dans le box. Un haut-parleur hurle”POUSSEZ la porte “ mais Ngsti* ne comprend pas le français. Donc encore de l'attente …
Puis elle arrive avec un large sourire (ah c'est bien de la voir comme ça!). Embrassade, étreinte...
Elle paraît moins angoissée que jeudi dernier.
Elle m'apprend que jeudi dernier , elle a passé un vidéo-entretien avec l'OFPRA suite à sa demande d'asile. Cela s'est passé dans sa langue maternelle. Elle m'a dit qu'elle avait tout raconté et que d'après elle cela s'est bien passé. Espérons une réponse positive.
Elle était très contente pour les vêtements car elle dit avoir froid la nuit. Malheureusement pour le téléphone je n'ai pas pu lui laisser. Nous ne sommes pas arriver à activer la carte lyca-mobile. Car il faut décliner son identité et son numéro de DNI ou de passeport. Et comme les miens étaient avec la police, nous étions coincées. La loi a en effet changé en 2017 et il est maintenant impossible d'acheter une carte de téléphone anonymement.
Elle reçoit toujours des appels de son frère depuis l'Allemagne vers le tel fixe du secteur femme.

Seconde visite à la belle Lila*.
Elle avait pris l'initiative de m'appeler ce matin depuis la cabine du CRA. Elle était en pleurs au téléphone et voulait que me voir. Je ne l'avais vu que de dos à son audience en appel.
Elle est marocaine et vit en Espagne avec sa tante. Elle s'est faite arrêter à la frontière espagnole dans un bus. Elle voulait voyager en Europe en commençant par la Suisse où elle a des amis. Le périple s'est arrêté au Boulou!
Elle arrive dans le box les yeux gonflés, rougis mais semble soulagée de pouvoir parler.
Elle parle bien français. Elle attend la décision du juge de la cour d'appel qui doit arriver lundi matin. Elle a compris qu'elle ne peut pas traverser les frontières Schengen sans papiers et si elle est libérée elle veut retourner en Espagne où elle a une carte de résident délivrée par la mairie.
Elle fait le ramadan mais ne mange même pas aux heures autorisées (car elle n'y arrive pas ), elle ne dort pas bien non plus et du coup elle a fait un malaise hier. Je lui ai conseillé de manger un peu quand même et surtout de s'hydrater car pour sa sortie, elle aura besoin de forces.
Elle a quitté le Maroc car elle a perdu son travail, une sorte de CDD mal payé. Et savez -vous ce qu'elle faisait ?
Et bien elle voyageait beaucoup en Europe, en Afrique , au Moyen Orient...Elle était hôtesse de l'air à Royal Air Maroc! Peut-être que la juge qui a prononcé la prolongation de sa rétention l'a croisé lors d'un week-end au Maroc?
Au CRA en ce moment, il y a 4 femmes,, une géorgienne enceinte de 6 mois, arrêtée récemment et une congolaise enfermée là depuis plus d'un mois. Congolaise oui, mais vivant en France depuis 10 ans donc française à nos yeux de Voisins mais pas à ceux de l'administration qui refuse de lui donner des papiers.

 

* Les noms ont été modifiés

 


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA