En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

M. O est mineur mais considéré comme majeur à la suite de tests osseux. Il vivait dans un foyer de l'ASE pendant 4 mois jusqu'à sa convocation au commissariat où il a été arrêté.

Il est très abattu, parle peu français mais nous avons compris quelques éléments de son parcours :

Il est malien, ses parents se sont installés en Mauritanie où il a grandi dans un petit village où, dit-il, il n'y a rien, pas d'école. A Nouakchott, l'école était trop chère pour sa famille.

Son parcours migratoire commence au Maroc. Il était caché dans la forêt pendant un mois, pour pourvoir y rester il a dû payer des policiers marocains. Un mois sans se laver, et sans grande nourriture. Puis un jour les passeurs sont venus avec une liste sur laquelle il s'était inscrit pour embarquer 80 personnes en direction des côtes espagnoles.

Deux embarcations naviguaient non loin l'une de l'autre. L'embarcation voisine a pris feu, 13 personnes sont décédées. Il est très marqué par cet évènement.

Le bateau sur lequel il se trouvait était déjà proche des côtes espagnoles, les exilés ont dû se débrouiller sur le bateau en ramant, car le moteur ne fonctionnait plus. C'est un bateau marocain qui leur a porté secours et les a débarqués en Espagne, où il est resté quelques mois. Il est venu en France, pensant que ce serait plus simple d'apprendre le français qu'il connaissait déjà un peu.

Le récit est imprécis du fait de la difficulté de communiquer mais cela nous donne une idée de ce que cet adolescent a vécu durant son parcours migratoire.

 

 


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA